Communiqué de presse

    Mailly Maillet, le 21/03/2007

Communiqué de Presse

A diffuser sans retenue

 

Paysans,Bouchers et consom’Acteurs font alliance

 

La BOUCHERIE-CHARCUTERIE-TRAITEUR intitulée « coopérative la Maillotine » une SARL à fonctionnement coopératif  va ouvrir le 27 mars 2007 à partir de 8 Heures 30. Le magasin se situe 2,  rue Léon Breuval à  MAILLY-MAILLET. C’est donc par le rachat de l’ancienne boucherie TRIPIER, la plus vielle du canton, que les 75 associés de la SARL vont relancer l’activité de la boucherie. L’activité avait été arrêté en avril 2007 suite à de très graves ennuis de santé de Mr Albert TRIPIER.responsable bien connu de l’ancien établissement. Christophe et Bénédicte TRIPIER,  Mme Odette TRIPIER, épouse d’Albert TRIPIER seront employés de la Maillotine et 2 autres salariés viendront renforcer l’équipe. Parmi les associés plusieurs paysans et consommateurs participent aux choix des produits et donnent aussi leur participation au bon fonctionnement et au respect des objectifs statutaires :

-reconnaître et valoriser le travail de paysans, inscrits dans une démarche d’Agriculture Paysanne, par une rémunération équitable

-créer de l’emploi durable et local, justement rémunéré, pour maintenir une activité en milieu rural

-vendre des produits locaux de qualité

-construire une alternative à la grande distribution en y associant le plus grand nombre de consommateurs quelque soit leurs moyens.

Ainsi « La Maillotine » du nom des habitants de Mailly Maillet c’est le maillage de 3 atouts :


1)Le  SAVOIR FAIRE artisanal


2)Une AGRICULTURE PAYSANNE dans nos fermes 

                
                   3)Des Consom’ACTEURS





Lundi 30 avril.

À Mailly-Maillet (Somme) 13h : repas paysan, rencontre avec les partenaires internationaux de Colères du Présent.
15h-16h30 : débat avec Christian Jacquiau, auteur de Les Coulisses de la grande distribution et Les Coulisses du commerce équitable. Une initiative de la Confédération Paysanne, de la SARL Coopérative la Maillotine et Al'terre circuit.
Contact : 06 81 11 14 94.


Les coulisses de la grande distribution. Éditions Albin Michel. 2000.

La France est le pays d'Europe qui compte le plus grand nombre d'hyper et de supermarchés par habitant. Les richissimes groupes qui contrôlent la grande distribution ont prospéré dans un cadre législatif bâti sur mesure, qui les a protégés de la concurrence internationale et qu'ils se sont néanmoins permis de violer lorsque leurs intérêts se trouvaient menacés, avec la complicité d'élus trop souvent corrompus.
Au nom du mythe des "prix bas", les pousseurs de chariots à roulettes ont laissé se mettre en place une machine infernale, largement responsable du règne de la "malbouffe", de la standardisation de la consommation et de l'appauvrissement économique. Or, voici que la grand distribution s'attaque à présent à de nouveaux secteurs comme le voyage, l'informatique, la téléphonie et l'automobile, mais surtout la banque et les assurances, menaçant de détruire à nouveau des milliers d'emplois.
Expert comptable et délégué consulaire à la Chambre de commerce de Paris, Christian Jacquiau raconte par le menu les pratiques, légales et illégales, de ces nouveaux commerçants et énonce les méfaits d'un capitalisme purement financier qui menace les industries européennes.


Les dessous du commerce équitable. Collection Mille et Une Nuits. Fayard. 2006.

Les ravages de la mondialisation conduisent les citoyens à rechercher des moyens de peser sur l'évolution de la société. Leur consommation en est un. À la fin des années 1990, le concept de commerce équitable conquiert le grand public avec un produit phare, le café. Très vite, tout produit se prête à sa version "équitable", l'équitable devient tendance. C'est un petit business qui monte. Son concept repose sur un triple engagement, celui des producteurs et des consommateurs arbitré par de nouveaux intermédiaires, les "acteurs" de l'équitable : les consommateurs paient "un peu plus cher" un produit acheté à un prix supérieur au cours mondiaux pour assurer un revenu décent aux petits producteurs du Sud. Les acteurs veillent au respect des normes sociales et environnementales.
Qu'en est-il de la promesse que les uns et les autre se font ? Les organisations relais et entreprises qui font de l'équitable tiennent-elles leurs engagements ? Qui est vraiment gagnant ? Répondre à ces questions, c'est éclairer d'un jour cru un aspect que certains "commerçants de la bonne conscience" aimeraient tenir secret.
Initié par le militantisme citoyen, largement instrumentalisé par les bureaux de marketing, le commerce équitable a été récupéré par les marchands d'illusion. En se donnant à la grande distribution et à quelques transnationales en quête d'honorabilité, les adeptes de la marchandisation de l'équitable ont ouvert la boîte de Pandore.
Christian Jacquiau a mené l'enquête pendant deux ans. Il nous invite dans l'arrière boutique d'un secteur méconnu et nous dévoile les dérives et abus commis au nom de l'équitable.
 

Tract distribué lors de la venue de José Bové à Artois Expo (Meeting Élections présidentielles. J-19-4-07).